Partager

Le budget

Actualités

Toutes les actualités

Agendas

  • Le 07/02

    Puts Marie

    Spectacles

    PUTS MARIE débarque le 7 février à La Luciole avec un nouvel album « Catching Bad Temper » auréolé...

Tout l'agenda

Le budget de la Ville

L’ESSENTIEL DU BUDGET 2018

Adopté par le conseil municipal le 18 décembre dernier, le budget 2018 s’équilibre à 52 263 202 € : 29 510 063 € en fonctionnement et 22 753 139 € en investissement. À la fois ambitieux et raisonné, ce budget est conforme aux grandes orientations budgétaires fixées par le conseil municipal en novembre, à savoir : 

  • le maintien des taux d’imposition,
  • une maîtrise des dépenses de fonctionnement,
  • un niveau très élevé d’investissement pour construire la ville de demain et développer son attractivité.

UNE MAÎTRISE DES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT

Les dépenses de fonctionnement passent de 29 500 588 € en 2017 à 29 510 063 €. Les dépenses réelles sont en très légère progression de 0,3 %, ce qui en traduit la bonne maîtrise.

Les charges à caractère général (carburants et combustibles, fournitures, prestations de services, etc.) sont en légère augmentation (+ 2, 67 %), en raison notamment d’une nouvelle contrainte liée à l’analyse de la qualité de l’air dans les bâtiments. Le montant des charges de personnel reste stable, avec des prévisions d’effectifs qui n’évolueront pas.

Les autres charges de gestion courante sont en légère progression par rapport à 2017. Y figurent les subventions aux associations (2 075 751 €) et aux organismes publics (1 916 899 €).

UN TAUX D’ENDETTEMENT TRÈS FAIBLE

Le stock de la dette s’établit à 6 500 000 € au 1er janvier 2018. Les intérêts de la dette diminueront cette année : 53 000 € en 2018, contre 58 300 € en 2017. Le virement à la section d’investissement se maintient à un niveau très élevé : 3 443 400 €. Ce virement contribue à financer une partie des dépenses d’investissement. Avec les amortissements (2 270 000 €), l’autofinancement brut reste élevé avec un montant  équivalent à celui de l’an dernier : 5 713 400 €. Cette épargne brute représente 19, 36 % des recettes réelles de fonctionnement. La bonne santé financière de la Ville se traduit par un encours de dette par habitant très faible : 238,98 € contre 1 147 € pour les villes de la même strate (20 000 à 50 000 habitants).

LA STABILITÉ DES TAUX D’IMPOSITION 

Les taux d’imposition des ménages sont reconduits et s’établissent comme suit : taxe d’habitation 10,68 %, foncier bâti 11,21 %, foncier non bâti 25,76 %.

Le produit fiscal est estimé à 6 084 807 €, en baisse compte tenu du dégrèvement de 30 % de la taxe d’habitation qui concernera plus de 80 % des ménages. Cette baisse sera compensée par une allocation de 800 000 € versée par l’État.

La fin du dispositif de contribution au redressement des finances publiques permet de maintenir le montant de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) au même niveau que l’an dernier : 5 172 823 €.
La Dotation de Solidarité Urbaine (DSU) est estimée à 7 050 000 €, en hausse de 207 349 €. La DSU constitue la recette de fonctionnement la plus importante du budget de la Ville.

UN NIVEAU TRÈS ÉLEVÉ D’INVESTISSEMENT 

En 2018, la Ville d’Alençon va consacrer un montant record de 21 115 915 € aux dépenses d’équipement, contre 17 023 253 € l’an dernier. Ces efforts importants d’investissement vont permettre de construire la ville de demain, développer son attractivité et garantir aux Alençonnais la qualité d’équipements et de services dont ils ont besoin au quotidien.

Les montants dédiés aux opérations du « 31, Le Grand Projet » s’élèveront à 11 657 084 €. Ces opérations structurantes, confiées par la Ville d’Alençon à la Société Publique Locale (SPL), sont entrées  véritablement en phase opérationnelle depuis le début de l’année.

Une enveloppe de 2 900 000 € sera également dédiée à des travaux importants d’entretien de la voirie (2 000 000 €), des bâtiments (400 000 €) ou de mise en accessibilité (200 000 €).

Dans le même temps, un budget de 6 458 831 € sera consacré à des investissements courants et à des opérations dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par des tiers : aménagement des accès au stade Jacques Fould, extension du Conservatoire à Rayonnement Départemental, salle de boxe et d’haltérophilie, OPAH, etc.

Le financement de ce programme d’investissement très ambitieux sera majoritairement assuré par les ressources propres de la collectivité : autofinancement net (4 834 136 €), FCTVA (1 500 000 €), recettes diverses (253 600 €), cessions (60 000 €). Le montant total des subventions, provenant principalement de la Région Normandie et du Conseil départemental de l’Orne, s’élèvera à 5 000 000 €. Le solde sera financé par un emprunt de 9 471 780 €.