Partager

Les Rendez-vous aux Jardins - 1 mois 1 info

Actualités

Toutes les actualités

Agenda

Aucune actualité disponible.

Expositions / visitesSalon/festivalDéveloppement durable

Dans un précédent billet, nous avons parlé de la chenille processionnaire du pin. Sans revenir sur la vie de ce papillon, voici quelques données sur les actions du Service Espaces Verts et Espaces Urbains dans la lutte contre la chenille processionnaire du pin, du chêne et aussi de la mineuse du marronnier.

 

 

Ce second rappel a pour objectif d’alerter également les propriétaires de pin, chêne ou marronnier sur Alençon, de manière à renforcer cette lutte et de la rendre la plus efficace possible en tendant vers des infestations supportables. Sachant toutefois qu’il ne sera pas possible d’éradiquer complétement la présence de ces papillons, le particulier trouvera tout le matériel et les produits dans les jardineries de la région.

 

La Ville comptabilise une trentaine de pins sur son territoire, ces arbres n’étant pas très présents dans notre paysage bas-normand. Entre la fin-janvier et la mi-février, le service a détruit plus de 90 nids en intervenant aussi sur certains cèdres. La campagne n’a pas pu commencer plus tôt. Le mois de janvier étant trop doux, les chenilles s’éparpillaient dans les arbres sans s’abriter dans leurs nids.  Avec l’arrivée du mois de mars, la campagne de destruction de nids se transforme en pose de 39 pièges à phéromones*pour capturer les papillons mâles et atténuer la reproduction. Les agents interviendront deux fois pour renouveler les capsules de phéromones et vider les pièges entre mai et septembre.

 

 

La chenille processionnaire du chêne se développe beaucoup depuis ces dernières années dans notre région, du fait de la forte présence du chêne dans le bocage. En ce début de printemps, le service posera une vingtaine de pièges, également à capsules de phéromones, pour protéger 165 chênes de variétés différentes. Dans la période de mai à septembre, un renouvellement des capsules sera effectué.

Dernière lutte contre les petits papillons : le service procèdera à la pose de ces mêmes pièges dans les marronniers contre la mineuse. Moins gênante pour l’homme, la chenille de ce papillon provoque de gros dégâts sur le feuillage pouvant entraîner la chute des feuilles dès le mois d’août.

Enfin et pour compléter ces actions, le Service installera sur ou à proximité de ces foyers d’arbres infestés, une douzaine de nichoirs pour mésanges bleues et charbonnières, ainsi que quelques nichoirs à chauves-souris. En effet, ces as de la voltige apprécient aussi se poser sur les arbres pour déguster les chenilles, papillons et nourrir leurs petits.

 

*Phéromones : Ce sont des substances sexuelles produites par les insectes afin de s’accoupler. Les capsules employées sont systématiquement chargées de phéromones femelles spécifiques à une espèce. Les papillons mâles adultes se trouvent attirés dans le piège.

 

 

 

 

 

Closeup shot of a Black-capped chickadee on the tree branch with greenery on the background

Sur ce dernier point, il est à noter que les habitants d’Alençon peuvent participer au renfort de l’habitat en disposant des nichoirs pour ces petits oiseaux ou mammifères volants. Pour un nichoir occupé, c’est environ 650 m² de terrain visité. Mésange et chauve-souris ont chacune leur hauteur d’action et des « horaires de travail différents » : la première est diurne, la seconde nocturne. Il est donc facile d’imaginer comment chacune peut lutter à son niveau pour réduire la présence des chenilles nuisibles. Sans oublier moucherons, pucerons et moustiques. Alors pas d’hésitation : aménagez un nichoir ou deux dans votre jardin !

Selective focus of a Eurasian blue tit (Cyanistes caeruleus) standing on a branch